Nom savant : Thymus erba-barona

Noms corses : arba, ou erba barona. On la nomme aussi infreta à Ascu, ou encore Cunnella à Bastelica

Description : les feuilles sont en forme de petits losanges, avec des bords non enroulés. Son parfum, poivré, rappelle celui de la citronnelle. Le thym corse pousse jusqu’à une vingtaine de centimètres de hauteur. Les fleurs, d’un rose pâle avec des taches pourpres, s’ouvrent entre mai et juillet.

Milieu naturel : cette variété de thym est endémique à seulement quelques îles de Méditerranée, et pousse entre 500 et 2000 mètres d’altitude. Elle préfère les sols arides, à l’adret.

Thymus erba-barona : terroir

Cette plante doit son nom au grec thumon, qui représente l’offrande parfumée que l’on obtient en la brûlant (thumon signifiant le parfum). Le thym corse accompagne de nombreux plats, aussi bien complexes que plus simples, comme les grillades. La plante aujourd’hui est utilisée dans l’affinage de certains fromages, pour la saveur qu’elle leur apporte. D’autres l’emploient aussi dans la préparation de liqueurs. Consommé en tisane, il facilite la digestion.

Le thym symbolise différentes vertus, comme le courage, l’amour qui dure, ou encore l’esprit de créativité.

En savoir plus

Vous pourrez découvrir tous les secrets du thym corse ainsi qu’une présentation complète, accompagnée de photographies, dans le livre Fiori è fiure : plantes sauvages de Corse

Nom savant : Veronica persica

Nom corse : veronica (op. cit. Motti, Petru Casanova)

Description : petite plante rampante, aux fleurs bleu pâle. dont la corolle mesure de 8 à 16 millimètres en moyenne.

Milieu naturel : cette fleur affectionne tout particulièrement aux abords des cultures, dans les friches, les jachères, les vieux murs ou encore les jardins. En Corse, on la trouve souvent à proximité d’une autre plante, la fumeterre grimpante.

Veronica : légende et symbolique

La Véronique de Perse est un symbole de fidélité : offrez-en à votre bien-aimé(e) lui prouve votre amour et lui montre que vos pensées s’accordent. Le prénom féminin Véronique signifie en grec « apporter la victoire ». Une légende lui est aussi attachée : pendant le martyre, Sainte Véronique se serait servi de l’une d’entre elles pour essuyer le visage souffrant du Christ. Au XVIème, remarquant en leur milieu un motif qui rappelle le visage du Christ, les botanistes décident de la nommer ainsi. La science rattrape la légende, qui doit elle-même découler de bien lointaines observations.

La tradition insulaire veut que cette fleur aide à prédire l’arrivée de la pluie : en cas de beau temps, ses corolles s’ouvrent au petit matin, mais restent closes en cas de pluie.

En savoir plus

Vous pourrez découvrir tous les secrets la Véronique de Perse ainsi que sa description détaillée et des illustrations dans le livre Fiori è fiure : plantes sauvages de Corse

Paul-Baptiste Profizi est né en Corse, plus précisément à Talasani, sur les contreforts de la côte orientale, en 1839, et est décédé à Bastia en 1908. Il demeure, aujourd’hui encore, une référence en matière de peintre décorateur, et ses oeuvres qui lui ont survécu provoquent aujourd’hui encore l’admiration de ceux qui les découvrent.

Ce talentueux artiste a travaillé autant pour des édifices religieux que pour des maisons privées. Si son oeuvre est toujours particulièrement soignée, il était tout aussi apprécié pour sa créativité. Si, aujourd’hui, on devait se souvenir d’une seule réalisation de Profizi, ce serait sans aucun doute le décor peint dans l’église paroissiale de Pino, qu’il réalisa entre 1869 et 1871. Il y maria, avec bonheur, des styles différents qui s’épanouirent chacun dans l’une des huit chapelles latérales, du style renaissance au baroque, du néoclassique au barochetto… Il emprunte à la longue tradition de peinture que les Génois avaient importé sur l’île de beauté. Il a aussi réalisé, avec l’aide de son élève Gaetano Leoni l’église Sant’Andrea d’Ersa.

Vous vous intéressez à l’histoire de la peinture ?

Découvrez Paul-Baptiste et des centaines d’autres peintres dans le livre de Pierre-Claude Giansily,

Histoire de la Peinture en Corse et dictionnaire des peintres


PIerre Farel est né dans la ville d’Orange le 15 avril 1957. À dix-sept ans, il intègre les rangs de l’Ecole des Beaux-arts d’Avignon où il suit les cours de Michel Steiner. On lui doit une production pléthorique, avec plus de 1500 huiles sur toile, 200 gouaches, des illustrations pour des pochettes d’albums de musique ou des romans, ainsi que deux collections de bijoux.

La découverte de la Corse

Pierre Farel découvre l’île de beauté en 1977, quand il se rend chez des amis. Cette découverte a été un véritable coup de foudre qui dure encore aujourd’hui : Pierre Farel n’a depuis plus jamais quitté l’île et réside, aujourd’hui encore, à Ajaccio. Il s’implique fortement dans la vie locale, soutient par ses illustrations les oeuvres de certains artistes locaux, romanciers ou peintres.

L’oeuvre de Pierre Farel

Ce peintre particulièrement talentueux poursuit, au fur et à mesure de ses toiles, une seule et même histoire : les personnages, familiers, désincarnés, dont le visage lisse offre au public une prise particulière, celle de créer lui-même l’histoire de la scène qui se déroule devant lui et dont il a peut-être été lui-même, dans vie quotidienne, acteur ou spectateur. Il y a une musicalité dans ses toiles, un goût de vacances qui n’en finissent plus, une intemporalité qui se situe pourtant dans un temps, un autre temps : celui du peintre Farel.

Jean-Eugène Pujol est né le 4 mai 1899 en Haute-Garonne, dans la commune de Carbonne, et est parti le 14 janvier 1986 à Cahors, après une vie consacrée à la peinture.

Peintre talentueux, Jean-Eugène Pujol a bénéficié d’une formation de grande qualité à l’école nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris et est primé à l’âge de vingt-ans, en recevant la médaille du portrait au salon des artistes français. Au sortir de la seconde guerre mondiale, il entreprend une série de voyages aux quatre coins de la France et se déplace régulièrement à l’étranger. Entre 1946 et 1947, on retrouve ainsi le peintre en Alsace, en Espagne et aussi en Corse. On retrouve aussi trace de séjours en Algérie et à Rome.

Il a notamment réalisé une peinture intitulée Morosaglia, du nom d’une commune de Haute-Corse, qu’il adresse en 1935 au Salon des Indépendants.

Découvrez ce peintre et des centaines d’autres artistes dans le livre de Pierre-Claude Giansily,

Histoire de la Peinture en Corse et dictionnaire des peintres

Georges Briata est né le 5 janvier 1933 dans la cité phocéenne.

Ses premiers pas en peinture

Dès sa jeunesse, Georges Briata se destine à une activité artistique. Ainsi, il rejoint l’école des Arts Décoratifs de Paris en 1955, où il suivra pendant deux ans l’enseignement du réputé Marcel Gromaire. Il rejoint ensuite la prestigieuse Ecole des Beaux-Arts de Paris où, à l’atelier de Legueult, il prépare assidûment le prix de Rome.

Tout juste diplômé, Georges Briata intègre les rangs de l’Ecole des Beaux Arts de Marseille en qualité de professeur.

Une oeuvre présentée aux quatre coins du monde

En 1960, Georges Briata expose pour la première fois à Marseille : la galerie Jouvène de Marseille accueille ses premiers tableaux. Il réalise, dans les décennies qui suivent, différentes expositions aux quatre coins du monde, comme à Paris, à Washington, à New York, à Tokyo ou encore à Montréal, pour ne citer que quelques-unes d’entre elles.

Georges Briata a aussi peint l’île de beauté à différentes reprises. Ainsi, on peut citer douze lithographies réalisées pour l’ouvrage d’art La Corse, écrit par Pierre Antonetti. En 2002, il peint aussi à la demande de la SNCM trois tableaux pour mettre en valeur l’intérieur du navire « Danielle Casanova ». Celles-ci sont des paysages figurant les célèbres calanques de Piana entre Ajaccio et Calvi. On peut retrouver en permanence les oeuvres de Georges Briata à la Galerie à Ajaccio.

Découvrez Georges Briata et des centaines d’autres peintres dans le livre de Pierre-Claude Giansily,

Histoire de la Peinture en Corse et dictionnaire des peintres

Connaissez-vous André Poggioli ? Ce peintre marseillais de la première moitié du XXème siècle, fils du célèbre Marcel Poggioli, a prouvé à diverses reprises qu’il était digne de son paternel de peintre.

André Poggioli est né le 16 mars 1921 à Marseille. Très tôt, il se destine aux Beaux-Arts pour lesquels il dénote de réels talents. Il a ainsi illustré plusieurs publications. Mais, malheureusement, sa carrière pourtant prometteuse est arrêtée par la seconde guerre mondiale : André Poggioli, réfractaire au service du travail obligatoire (STO), rejoint les maquis et la résistance. Mais il est pris fin 1943. Il sera fusillé après une courte incarcération, quelques mois avant le débarquement en Normandie, le 16 mars 1921.

Si son oeuvre est malheureusement peu développé, il demeure d’André une lettre particulièrement poignante qu’il a écrit à ses parents quelques minutes seulement avant d’être conduit au peloton d’exécution.

Ce drame terrible marque profondément son père, influant durablement sur son oeuvre.

Le saviez-vous ? Il existe à Marseille une rue André Poggioli nommée ainsi en l’honneur du résistant assassiné par les nazis.

Découvrez André et des centaines d’autres peintres dans le livre de Pierre-Claude Giansily,

Histoire de la Peinture en Corse et dictionnaire des peintres

Colonna édition, depuis le printemps 2011, a enrichi son catalogue de nombreuses nouveautés, avec une ligne éditoriale éclectique, avec des livres différents qui partagent la même exigence de qualité.

Corse Matin vous invite à découvrir la rentrée littéraire de Colonna édition dans son numéro du 17 septembre 2011. Vous y découvrirez une sélection de nouveautés, et les succès de l’été à découvrir : il n’est pas trop tard !

Ainsi, si vous n’avez pas le temps de lire l’article et souhaitez savoir ce qu’il faut lire, voici nos conseils de lecture pour les jours qui suivent :

Miam Miam Book : vous voulez découvrir la Corse côté gastronomie, et l’accompagner ensuite dans son tour du monde des assiette ? Le livre de Caroline Simonpietri et Arlette Shleifer est le MUST HAVE qu’il vous faut. J’ai testé les tuiles à la tome corse, et elles ont eu un succès fou. Comme ce livre, d’ailleurs, qui s’est déjà écoulé à plusieurs milliers d’exemplaires…. Commandez Miam Miam Book.

Fiori è fiure : si vous aimez vous promener en pleine nature, si vous êtes curieux de connaître les plantes que vous croisez sur les chemins, ou si vous êtes simplement curieux de nature, le livre Fiori è Fiure, plantes sauvages de Corse, est fait pour vous. Il a déjà séduit 2000 lecteurs… Et vous ? Commandez plantes sauvages de Corse.

Première pierre, d’Annie Drimaracci, est un des coups de coeur de la maison d’édition pour cette rentrée 2011. Découvrez vite Première pierre sur notre site Internet.


Si vous recherchez un traducteur corse français (ou inversement), nous vous invitons à nous contacter directement : nous pourrons vous orienter vers certains de nos écrivains qui publient dans les deux langues.

À moins que vous ne soyez engagé dans une démarche d’apprentissage ? Apprendre une langue, ou se perfectionner dans sa pratique, n’est pas toujours évident. Il faut se familiariser une autre grammaire, mémoriser un autre vocabulaire. Apprendre la langue corse, surtout lorsqu’on ne dispose pas de structure près de chez soi, n’est pas évident.

Lire un livre bilingue, en français et en corse

Colonna édition propose différents livres bilingues. Ils permettent de se familiariser avec la structure de la langue.

L’éveil des âges est une fable illustrée pour les jeunes et adolescents, dans les deux langues. Il constitue un excellent premier contact avec le corse écrit, et la proximité du français permet de saisir les ressemblances et les particularités des deux langues.

Cosmographie : les essais littéraires de Marcu Biancarelli, traduits par Olivier Jehasse, sont une plongée dans une langue plus travaillée, apte à mieux saisir les subtilités des deux langues et à voir s’esquisser les nombreuses passerelles qui les rapprochent.

Ressources en ligne

L’ADECEC propose sur son site différents dictionnaires thématiques, téléchargeables au format PDF. Vous pourrez ainsi enrichir votre vocabulaire dans un domaine précis, comme les oiseaux, la nature, la philosophie, les sciences, etc…

Citons aussi le logiciel de Parlamicorsu.com, qui constitue un véritable traducteur français corse en ligne. Le service est totalement gratuit.

Des associations près de chez vous

Nous avons rassemblé, sur une page intitulée Apprendre le corse, différentes associations présentes sur le continent, en France, afin de vous aider à trouver le bon interlocuteur si vous êtes à la recherche de cours de corse.

viggianello-a-propriano

Viggianello est un village de Corse du Sud, situé dans le Golfe du Valinco, à quelques kilomètres de Propriano.

Viggianello en chiffres

Code postal : 20110

Habitants : 565 (chiffres de 2007)

Altitude : 5 mètres minimum, 668 mètres maximum.

Accès : la commune est traversée par la départementale D19. On peut y accéder via la principale route reliant Ajaccio à Bonifacio via Propriano, la départementale D257. Des lignes maritimes relient Propriano au continent. L’aéroport le plus proche est celui de Figari, au sud de l’île de beauté.

Viggianello : à voir, à faire

La localité offre une vue en belvédère sur le golfe du Valinco et Ajaccio. Situé à l’écart des grands axes de communication, il sera un véritable havre de paix pour ceux qui recherchent le calme et la tranquillité. Le maquis et les collines alentour offrent de beaux itinéraires de randonnée. À proximité, vous avez la ville de Sartène qui mérite une journée. Vous pouvez aussi suivre, au nord, la route côtière D157 qui offre un beau panorama sur la mer et vous mènera au site archéologique de Filitosa, célèbre pour sa collection de statues menhirs. Propriano sera votre destination mer : la station balnéaire offre toutes activités et toutes les prestations que l’on peut rechercher en vacances.

Informations pratiques

Mairie : la mairie de Viggianello est situé au coeur du village. Vous pouvez joindre les services municipaux au 04 95 76 05 41.

Office de tourisme : les services d’information et de promotion touristiques des communes alentour ont mutualisé leurs moyens. Votre interlocuteur sera l’office intercommunal Sartenais Valinco Taravo situé sur les quais de Propriano : Téléphone : 04 95 76 01 49