Ville-di-Paraso est une commune de Balagne, dans le département de la Haute-Corse.

Ville-di-Paraso en chiffres

Code postal : 20279

Habitants : 174 (chiffres de 2006)

Altitude : de 32 mètres d’altitude à 1120 mètres d’altitude.

Accès : la commune se situe à l’intérieur des terres, entre Calvi et L’Ile-Rousse. On accède à Ville-di-Paraso par les routes départementales D71 et D63. Les ports de L’Ile-Rousse et de Calvi permettent de rallier la ville depuis le continent, par bateau, et l’aéroport de Calvi Sainte-Catherine dessert la région par avion.

Ville-di-Paraso : à voir, à faire

À une dizaine de kilomètres, vous pourrez accéder aux splendides plages de Balagne, et tous les sports nautiques qui s’y rattachent, tandis que derrière le village se dressent des collines à la végétation dense, qui promettent de belles promenades au coeur d’un maquis corse préservé.

Le village est typique des villages perchés que l’on peut trouver en Corse, et offre une vue sur la vallée.

Informations pratiques

Mairie : vous pouvez joindre les services municipaux au 04 95 61 50 81.

Office de Tourisme : Ville-di-Paraso est une commune de petite taille. Vous pourrez vous renseigner sur les activités alentour en contactant plutôt l’office de tourisme intercommunal de l’Île-Rousse, au 04 95 60 04 35.

Hébergement : Ville-di-Paraso ne possède pas d’infrastructures dédiées à l’accueil touristique, comme des hôtels ou des campings. Si vous aimez le camping, le Clos des Chênes, à moins de 5 kilomètres sur la route de Belgodère. Téléphone : 04 95 60 15 13

Ville-di-Pietrabugno est une commune du Cap Corse. La commune actuelle regroupe trois anciennes localités, Casevecchie, Alzeto et Guaitella, qui ont fusionné en 1770. Le vieux village domine aujourd’hui la ville de Bastia, et son territoire est de plus en plus grignoté par l’urbanisation.

Ville-di-Pietrabugno en chiffres

Code postal : 20200

Habitants : 3160 (chiffres de 2006)

Altitude : du niveau de la mer à 900 mètres

Accès : la commune dispose de tous les accès routiers, maritimes, ferroviaires et aériens de Bastia. Les différents villages de la commune sont accessibles par la D31, connue aussi sous le nom de Route de la Corniche, et par la D231, dite Route de Pietrabugno.


Ville-di-Pietrabugno : à voir, à faire

Avec plusieurs villages, des typiques hameaux de montagne perchés dans les collines, aux récentes constructions situées près de la mer, et destinées au tourisme, la commune sait offrir des visages différents à ses visiteurs. En quittant Bastia, vous tomberez d’abord sur Case Vecchje. Si la ville se rapproche d’année en année, le village offre encore de vieilles maisons typiques.

Côté nature, Astima, au-dessus, possède une chapelle de toute beauté, récemment restaurée, sous l’égide de Saint Pancrace (San Pancraziu). Guaitella est le principal village de Ville-di-Pietrabugno, et est particulièrement apprécié pour sa vue panoramique sur Bastia, les îles de la mer Thyrénienne et le début de la plaine orientale. Citons aussi Alzeto, perdu dans le maquis au nord de Guaitello.

Côté mer, Port Toga est une station balnéaire à la mode, autant prisée par les touristes que par les jeunes Bastiais. Palagaccio est un hameau qui a fortement cru ces dernières décennies, et constitue un lieu de résidence et de villégiature apprécié autant des Corses que des touristes.

Informations pratiques

Mairie : vous pouvez contacter la mairie au 04 95 32 88 32.

Office du tourisme : pour avoir une idée des activités, sorties, monuments et lieux touristiques de la région, vous pourriez vous adresser plutôt à l’Office de tourisme de Saint-Florent. Vous pouvez les joindre au 04 95 37 06 04 ou vous rendre sur leur site Internet : http://www.corsica-saintflorent.com/

Chaque année, le prix du livre corse récompense chaque année des livres contribuant à la reconnaissance de la culture corse par la littérature. Trois catégories de livres ont été primés pour cette édition 2011 : les essais, la fiction et les ouvrages en langue corse.

Dans la catégorie Essais, le livre Histoire de la peinture en Corse aux XIXè et XXè siècles en Corse et dictionnaire des peintres, de notre ami Pierre-Claude Giansily, a été choisi par le jury.

C’est une joie pour nous de voir ainsi récompensé la passion de notre ami Pierre-Claude, qui se consacre depuis tant d’année, avec une passion toujours plus ardente, à la promotion de l’art corse, si riche et malheureusement encore trop méconnu du grand public. Nous remercions le jury et nos lecteurs, sans qui l’énorme travail de recherche de Pierre-Claude Giansily et son dévouement au service de l’histoire de la peinture en corse n’auraient pas bénéficié d’une telle visibilité.

Nous félicitons aussi Jérôme Ferrari, pour son livre Où j’ai laissé mon âme, qui a remporté le prix fiction, et Santu Casta, pour son roman U ingallaratu primé dans la catégorie langue corse.

Vous pourrez assister à la remise des prix le 31 juillet 2011 à Ghisoni. Outre la cérémonie de remise des prix, vous pourrez suivre les interventions de Michel Casta, universitaire qui évoquera l’histoire tragique des Ghjuvannali, et Marie-Jean Vinciguerra, écrivain publié chez Colonna édition et originaire du village.

piano_a_queue

Vous avez prévu de partir en août 2011 en Corse, et plus particulièrement dans la région de Sartène et du golfe du Valinco ? Vous aimez la musique, plus particulièrement le piano et la musique de chambre ? Le festival international de piano et de musique de chambre, qui se déroulera du 4 au 6 août 2011 à Sartène.

Ce sera l’occasion de s’offrir une pause culturelle enrichissante et agréable en pleine cohue estivale et découvrir ou redécouvrir des compositions célèbres, voire mythiques, ou plus confidentielles.

Le festival se tiendra plus précisément au Centre Culturel Laurent Casanova. Nous vous communiquerons de plus amples précisions dès que nous sera communiqué le programme.