La douzième édition du Festival du Film Italien à Ajaccio s’est clos le week-end dernier.

Vous avez été encore plus nombreux à participer cette année que lors de l’édition précédente, malgré la grève et les difficultés de circulation. Toute l’équipe du Festival remercie les spectateurs, les partenaires et les bénévoles, pour leur engagement et leur soutien.

Vous voulez connaître le palmarès du millésime 2010 ? Rendez-vous sur le site du Festival du Film Italien.

La guitare basse est un instrument méconnu, et pourtant particulièrement séduisant pour tous les musiciens.

Avec ses quatre cordes et sa sonorité particulière, la basse est très différente de la guitare sèche ou électrique. À noter que le modèle original à quatre cordes a parfois été décliné avec cinq cordes, voire plus !

La basse est un jeune instrument. Conçue pour répondre aux attentes, en terme de puissance, des musiciens de rock ou de country, la guitare basse a directement été conçue pour être reliée à un ampli. Elle a ainsi remplacé, dans de nombreuses formations, les contrebasses plus volumineuses et à la sonorité moins adaptée. À noter : des versions acoustiques de la guitare basse ont été créées plus tard.

Certains fabricants sont particulièrement réputés pour la qualité de leurs instruments. Fender, Gibson ou encore Rickenbacker ont ainsi séduit de nombreux bassistes.

Jouer de la basse demande des méthodes de jeux particulières : le tapping, aussi en usage en guitare électrique, et le step qui quant à lui correspond plutôt à des instruments percussifs.

Vous pouvez, si vous le désirez, suivre facilement des cours de basse à Marseille. Thomas, musicien accompli, apprend l’art de la basse aux débutants comme aux élèves plus confirmés.

Téléphone : 06 26 39 48 19

La Corse en général, et Ajaccio en particulier, ont été depuis le XIXème siècle la patrie de nombreux peintres.

Qu’ils soient originaires de l’île, comme Paul Corizzi, ou continentaux venus chercher la douceur des hivers sur la côté Corse, ces peintres ont donné naissance, de la seconde moitié du XIXème siècle à nos jours, à une peinture corse variée et de grande qualité.

Peintre engagé, Paul Corizzi (1883-1953) a restitué Ajaccio durant 40 ans à travers ses aquarelles. Il a notamment œuvré pour la clientèle étrangère qui affectionnait particulièrement Ajaccio après la Grande Guerre.

L’exposition organisée à Ajaccio, au Lazaret Ollandini, jusqu’au 27 novembre 2010, vous permet de découvrir l’oeuvre de Paul Corizzi parmi d’autres peintres talentueux d’Ajaccio. Nous faisons confiance à Pierre-Claude Giansily, commissaire de l’exposition et auteur de plusieurs livres édités chez Colonna édition, pour la qualité de son travail.

Si vous voulez aller plus loin, découvrir Paul Corizzi et ses pairs qui ont exercé leur art à Ajaccio, vous pouvez vous procurer le livre : Corbellini, Capponi et les peintres d’Ajaccio.

Quand on évoque la Corse, beaucoup pensent à ses criques sauvages, ses plages interminables, ses eaux limpides.. Et ils ont raison !

Mais on ne peut pas limiter la Corse, véritable montagne dans la mer, à ses seuls rivages. Le saviez-vous ? L’hiver on peut même skier sur l’île de Beauté ! Trois stations aujourd’hui mettent les joies alpines à la portée de tous les Corses.

Le Plan d’Ese, au dessus du village de Bastelica, est le rendez-vous dominical de nombreux Ajacciens entre Noël et le début du printemps.

Ghisoni, village de la côte orientale, offre aux Bastiais un terrain de jeux fabuleux, avec vue sur la mer en prime.

La station du col de Vergio, quant à elle, domine le Golfe de Porto entre Ajaccio et Calvi.

Alors, si par hasard vous décidez de passer quelques jours en Corse cet hiver, n’oubliez pas votre bonnet et votre écharpe.

Les Calanques de Piana, en corse Calanche de Piana, sont un site naturel remarquable entre Ajaccio et Calvi.

Le granit rouge-orangé, aux teintes sublimes, a été ciselé au fil des siècles sous l’action conjuguée des eaux, du vent et des embruns. Il en résulte une côte aux roches tourmentées, véritable cathédrale en plein air réputée dans le monde entier pour son esthétique et son caractère spectaculaire.

Depuis 1983, Les Calanche de Piana sont classées au Patrimoine Mondial de l’Unesco. La région est aussi réputée pour ses sites de plongée de toute beauté.

Amateurs de peinture, rendez-vous au Lazaret Ollandini, à Ajaccio, pour découvrir « Corbellini, Capponi et les peintres ajacciens, 1890-1960″.

Une exposition supervisée par Pierre-Claude Giansily, spécialiste de la peinture en Corse, qui vous accueille du 15 octobre au 27 novembre.

Pour en savoir plus sur le Lazaret : Lazaret Ollandini

Colonna édition, en partenariat avec le Lazaret, vient de publier le catalogue de l’exposition.

Corbellini

Amateur de peinture et amoureux de l’île de Beauté, vous êtes à la recherche d’un livre synthétisant toute l’histoire récente de la peinture en Corse ?

Colonna édition a récemment publié le livre qu’il vous faut : pensez donc, pas moins de 1300 peintres en 440 pages agrémentées de 460 illustrations en couleurs.

Et si vous n’êtes pas encore convaincu que c’est le livre qui manque à votre bibliothèque, nous vous offrons d’en consulter le début gratuitement en ligne :

Pour commander le livre, c’est sur notre librairie en ligne : Histoire de la peinture en Corse

Le jeudi 21 octobre, Charles de Peretti dédicacera Capula, une seigneurie oubliée en Corse-du-Sud.

Lieu :

Librairie Vents du Sud, 7 rue du Maréchal Foch, Aix-en-Provence.

Visualiser l’accès sur le site de la librairie

Horaires :

Dédicaces de 17h à 19h. À partir de 19h, Charles de Peretti présentera plus en détails le fruit des travaux qu’il a restitués dans cet ouvrage.

Découvrir le livre

Capula, une seigneurie oubliée en Corse-du-Sud, est disponible sur ce site Internet.

Camille, une jeune femme de 34 ans, apprend le 27 décembre par téléphone le suicide de l’homme de sa vie. En quelques secondes, son univers s’écroule. Elle entame une lente descente en enfer qui fera de sa vie un chaos. Pour Camille, plus rien n’a d’importance à part son amour perdu. Fini la passion dévorante pour Bernard qui était le centre de son existence, sa raison d’être, son souffle de vie. Pour lui, elle continuera à faire vivre son amour inconditionnel par delà la mort.

Entre les moments de folie et de lucidité, il y a son fils pour qui elle tentera de toutes ses forces de garder un semblant de normalité dans sa vie.

On la suivra pas à pas dans cette nouvelle existence qu’elle tentera d’apprivoiser par tous les moyens qu’elle trouvera sur sa route.

Pour plus d’informations sur le livre et l’auteure : http://www.victoirelecomte.net